La libération par les Américains a été «triste» à Malmedy

Maria Gentges et ses proches à l’époque de la Libération de septembre, moins joyeuse qu’à Stavelot.
Maria Gentges et ses proches à l’époque de la Libération de septembre, moins joyeuse qu’à Stavelot. - V. Marche

Malmedy ne pavoisait pas vraiment le 12 septembre, à l’heure de sa Libération. Cette ambiance empreinte de craintes et de crispations peut se comprendre : bien des Malmédiens, annexés, étaient encore au front, notamment à l’est, aux côtés des Allemands. Et on était sans nouvelles de certains, d’autres étant morts.

Découvrez l'abonnement numérique LaMeuse pour seulement 1€ par mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.
Vous ne voulez pas découvrir le nouveau site de la Meuse ni suivre en continu toute l'information de votre région pour seulement 1€ par mois ?
Continuez à lire l'actu sur Sudinfo.be
Tous

En direct

Le direct